L’anti-âge et une alimentation adéquate

Peut-on influencer le processus naturel du vieillissement de la peau au travers de l’alimentation, tout comme le grisonnement des cheveux  ? Les nutritionnistes nous assurent que oui : nous avons la possibilité d’un certain contrôle sur ces processus. Ils nous conseillent de consommer cinq rations de fruits et légumes par jour, et si ce n’est pas possible, de se retourner vers les compléments alimentaires. Leurs effets ne sont pas uniquement visibles sur la peau, mais sur l’ensemble du corps.

La nourriture peut-elle nous faire rajeunir  ?

Les baies de gojiChacun trouvera logique qu’un mode de vie sain ralentit notre processus de vieillissement. À nos yeux, on a l’impression que l’alimentation aide contre le vieillissement précoce causé par toutes nos « débauches », mais ne ralentira pas le vieillissement en soi. C’est faux. L’alimentation contribue à bien plus que ça  ! À condition bien évidemment de consommer les bons produits. Les hamburgers et autres fast-foods, les snacks et les casse-croûtes, la nourriture de la plupart des cantines, les confiseries et les produits en boîtes de conserves ne nous apportent pas les vitamines, oligo-éléments, minéraux et acides aminés dont le corps a besoin. Une nutrition saine n’a rien à voir avec tout ça, si l’on s’en tient à la pyramide alimentaire prodiguée par la SFN (Société Française de Nutrition). En effet, après les boissons non-sucrées et non-alcoolisées à la base de la pyramide, on retrouve au centre les céréales et leurs dérivés, les légumes, les fruits et les produits laitiers. Les graisses animales, c’est à dire la consommation de poisson, d’œufs et surtout de viande doit être limitée le plus possible. Hormis les fruits à coque comme les noix, qui contiennent un taux élevé d’antioxydants essentiels oméga-3, et d’arginine, acide aminé nécessaire à une bonne circulation sanguine, il faut aussi éviter les matières grasses. Les sucreries quant à elles sont à retirer du menu, de même les produits gras, et surtout ceux contenant des acides gras trans (= transformés par généralement l’industrie alimentaire).

On trouve les causes du vieillissement de notre peau à l’intérieur de nos cellules

Les aliments favorables à l’anti-âge ne doivent pas être forcément chers ou extravagants. La règle  : privilégier les produits frais et naturels qu’on reconnaîtra (presque) à vue d’œil comme tels, comme par exemple les fruits et légumes d’un étalage de marchand, les céréales, etc. Éviter à tout prix les produits industrialisés, c’est à dire la plupart des produits préemballés (conserves, plats surgelés déjà prêts à être consommés), au profit de produits non-modifiés. Conseil  : on trouve de nos jours des produits BIO dans pratiquement tous les supermarchés. Contrairement aux tarifs pratiqués dans le passé, ou aux rumeurs, comparez les prix des tomates ou des citrons par exemples  : ces produits BIO sont non seulement sains, ils sont souvent meilleur marché que les produits infestés de produits chimiques, ou des OMS, produits souvent bourrés d’OGM. Et puis je ne sais pas pour vous, mais qu’est-ce qu’on se sent bien après une bonne salade mixte  !

Faire la guerre aux radicaux libres grâce aux antioxydants

Même si les publicistes nous font de belles promesses : les processus du vieillissement ne sont pas réversibles. C’est la raison pour laquelle il faut absolument effectuer une lutte préventive. Je me suis demandée par ailleurs si les radicaux libres responsables du vieillissement de la peau ont toujours existé, ou bien si c’est une ruse de marketing inventée au XXème siècle. Et bien la réponse est la suivante  : ils ont toujours existé. Ce qui nous différencie du passé, c’est la quantité de radicaux agressifs. Les radicaux libres peuvent apparaître lors de processus issus du métabolisme, mais aussi quand on fume, ou au travers de la pollution dans les villes. Leurs ennemis jurés sont les antioxydants. Il peut s’agir ici d’hormones, de vitamines ou d’acides aminés. Grâce à eux, il est possible d’empêcher ou de limiter la dégradation cellulaire, et ainsi, de ralentir le vieillissement. Les instances anti-âge issues de la nature les plus connues sont notamment le sélénium, le soufre et le zinc, les vitamines C et E, et aussi le bêta-carotène.

Pour s’en procurer au travers de l’alimentation, il faut bien sûr adapter sa façon de cuisiner en conséquence. Car chauffer et transformer une substance diminue sa puissance d’antioxydation ! Cela explique pourquoi les aliments issus de boîtes de conserve contiennent nettement moins de substances vitales que les aliments frais, non-modifiés. En revanche, on sait que les produits surgelés perdent considérablement moins de leurs micro-éléments (substances vitales). En règle générale  : plus il y aura d’étapes dans la modification d’un produit entre sa récolte et son arrivée dans l’assiette, moins les aliments contiendront de substances vitales.

Une autre mesure anti-âge est de consommer par jour au moins 250 grammes de fruits et légumes, si possible non-modifiés. Pour ceux qui ont difficilement la possibilité d’y recourir, il existe aussi des compléments alimentaires en vitamines et acides aminés de qualité supérieure (contrairement à ceux qu’on trouve chez certains discounteurs). Et il ne faut surtout pas oublier de boire en quantité suffisante. Avec deux à trois litres d’eau claire (pure, sans additifs) par jour, on fait déjà un bien considérable à sa peau, lui procurant une élasticité durable. Une déshydratation chronique mène non seulement à des problèmes vésicaux et rénaux, mais aussi provoque immanquablement des rides et une peau malsaine. Cela ne sert à rien non plus de prendre d’autres boissons, même en quantité suffisante. Ce dont la peau a besoin, c’est de l’eau, de l’eau et rien d’autre que de l’eau  ! En fait, ce n’est pas si difficile que ça :-)